Dans la presse

Articles parus dans la presse concernant la situation du CIDJ et la lutte de ses salarié-es

« Jeunesse : le rendez-vous manqué »

Un article paru dans Options, le magazine de l’Ugict-CGT

Options, le magazine de l’Ugict-CGT, consacre à la lutte du CIDJ un article : « Jeunesse : le rendez-vous manqué », article écrit par Christine Labbe, après  un entretien avec la déléguée syndicale. On peut dire que s’il y a un écrit qui permet d’avoir une vision globale de la situation et de ses enjeux, c’est bien celui-là ! Merci à l’Ugict-CGT.

Article Option CGT CIDJ – mai 2015

img-529084953-0001

 

Share

CIDJ : le ministère de la jeunesse botte en touche (Localtis)

Publié le mardi 28 octobre 2014 sur Localtis.info

La section syndicale CGT du Centre d’information et de documentation jeunesse (CIDJ) n’a pas eu gain de cause. Elle avait demandé à rencontrer le ministre de la Jeunesse, de la Ville et des Sports. Si la rencontre a bien eu lieu le 20 octobre 2014, avec les membres du cabinet ministériel, elle n’a pas permis de répondre aux interrogations du syndicat quant à la baisse continuelle de la masse salariale du CIDJ, la volonté du gouvernement de le couper en deux structures (nationale/régionale) et son absence de soutien. L’apport financier de l’État a ainsi diminué de 300.000 euros de 2013 à 2014, après une baisse de 140.000 euros de 2012 à 2013, et, depuis 2006, les effectifs ont été réduits de 30%…
Pour le ministère, il n’est pas question de s’ingérer dans la gestion de l’association mais uniquement de se porter garant de la bonne utilisation du budget de l’Etat. Un nouveau plan social est en suspens, qui concernerait au moins une trentaine de salariés. « Il est bien évident qu’une baisse drastique des effectifs ne nous permettrait pas de maintenir la production documentaire et éditoriale ainsi que l’accueil du public« , estime Anne Sémécurbe, déléguée syndicale CGT. « Comment peut-on imaginer que le CIDJ puisse être en capacité de mener à bien ses missions après un nouveau plan social ?« , s’interroge la section syndicale dans un communiqué du 27 octobre. Et de s’indigner : « Le déni de notre mission et de nos emplois est inadmissible. »

Emilie Zapalski

[source : www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250267941302&cid=1250267939818]

Share

Article paru sur Localtis « Le CIDJ a la veille d’un plan social »

localtisCi-dessous un article rédigé par Emilie Zapalski pour Localtis suite aux interviews de la délégue syndicale Uspaoc CGT et de la présidente du CIDJ Marie Richard.

Source : www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250267806486&cid=1250267797620

Le CIDJ à la veille d’un nouveau plan social

Orientation professionnelle Publié le jeudi 2 octobre 2014

Malgré son attrait pour les jeunes, le Centre d’information et de documentation jeunesse (CIDJ) reste absent des politiques jeunesse et l’Etat baisse sa subvention chaque année. Salariés et direction s’interrogent sur l’avenir de la structure.

Baisse de la subvention publique, plan social… Le Centre d’information et de documentation jeunesse (CIDJ) vit actuellement une situation difficile avec une baisse importante de la participation de l’Etat.
Créé en 1969 pour informer les jeunes sur tous les sujets qui les concernent, il dispose d’un budget de 6 millions d’euros. Un peu plus de la moitié (3,220 millions euros) est financée par la vente de produits documentaires. Le reste est financé par l’Etat, la région Ile-de-France et la ville de Paris. La subvention de la région, qui s’établit à 280.000 euros, est stable, tout comme celle issue de la ville de Paris (75.000 euros) qui met aussi à disposition gratuitement des locaux dans le 15e arrondissement (Quai Branly).
En revanche, l’apport financier de l’Etat a diminué de 140.000 euros de 2012 à 2013 et de 300.000 euros de 2013 à 2014. Il atteint 2,3 millions d’euros en 2014 et aucune information n’a encore été donnée pour l’année 2015.
« La décrue progressive des moyens nous oblige à piocher dans nos ressources propres, explique à Localtis Marie Richard, présidente du CIDJ, ce n’est pas tenable à long terme. Nous avons besoin de restructurer et de moderniser nos outils, de repenser l’accueil par rapport aux besoins des jeunes. Notre modèle économique ne fonctionne pas avec cette baisse de subvention et les collectivités n’ont pas les moyens de compenser. »

Un nouveau plan social d’ici fin décembre

Face à ces réductions budgétaires, les salariés sont inquiets. Depuis 2006, les effectifs ont été réduits de 30%. Mais cette réduction n’a pas permis au CIDJ de se remettre à flot. Un nouveau plan social est à l’étude depuis deux ans, avec une nouvelle baisse de la masse salariale, sur les 75 salariés que compte actuellement la structure.
« Le plan social doit tomber sur la table d’ici fin décembre 2014, mais on n’a aucune garantie que le projet tiendra la route. Tout est possible, même une cessation de paiement, » précise Anne Sémécurbe, déléguée syndicale CGT. A l’occasion du forum français de la jeunesse qui s’est tenu le 24 septembre, le syndicat a remis en main propre une demande de rendez-vous à Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports. « Nous souhaitons avoir des réponses de la part de l’Etat », affirme Anne Sémécurbe. Même écho du côté de la direction. « Nous souhaitons une clarification, nous sommes un très bel outil au service des politiques publiques. Nous aimerions qu’il y ait un portage politique plus fort », signale ainsi Marie Richard. Car pour le moment, le CIDJ est absent des réformes en cours, que ce soit le futur conseil en évolution professionnelle, le service public régional de l’orientation ou encore le service public de l’information, de l’accompagnement et de l’orientation que le gouvernement souhaite créer. « Dans le cadre du CEP par exemple, il y aura besoin de supports sur les métiers, il y aura un manque à un moment donné, alors que nous sommes en capacité de fournir ces ressources documentaires », affirme ainsi Anne Sémécurbe, qui met en avant l’information disponible au CIDJ (200 fiches métiers, plus de 300 dossiers thématiques sur l’emploi, la formation, la mobilité internationale, le logement, la citoyenneté, des guides « Trouver un job », « Destination Europe »). « Depuis de nombreuses années, nous avons le sentiment d’être lâchés par l’Etat », s’insurge la syndicaliste.
La présidente du CIDJ veut quant à elle rester positive. « Il n’y a aucune raison de penser qu’il n’y aura pas de soutien financier de l’Etat l’an prochain. » Elle attend beaucoup de la nouvelle ministre de l’Education nationale.

Emilie Zapalski

45 ans de service auprès des jeunes
Créé en 1969 par l’Etat, sous forme d’association loi 1901, le CIDJ poursuit une mission d’intérêt public : informer et conseiller les jeunes de tout statut sur tous les sujets les concernant. Il accueille ainsi gratuitement tout public, principalement des jeunes, sans rendez-vous et gratuitement, et leur apporte des réponses en matière d’orientation professionnelle. Il assure aussi la production d’outils documentaires à destination des jeunes et des professionnels et forme les professionnels de l’accueil, information, orientation (AIO).
Le CIDJ s’intègre dans le réseau Information jeunesse, qui se compose aussi de structures régionales et locales*. Il est responsable de l’animation du réseau. 2 millions de personnes utilisent ce réseau, 130.000 personnes directement au CIDJ, parmi lesquelles des collégiens et lycéens, des salariés, des demandeurs d’emploi et des étudiants.
E.Z.
* 26 centres régionaux au statut associatif, 3 centres départementaux en Ile-de-France, 235 bureaux sous statut associatif ou municipal et 1.248 points information jeunesse.
Share

« Le CIDJ en sursis », un article de Politis

A lire dans Politis, le CIDJ en sursis !

Politis, couverture politis 10 juillet 2014 CIDJjournal indépendant et engagé, relaie les menaces pesant sur l’avenir du CIDJ avec un article intitulé « Le CIDJ en suris ». Il dénonce la poursuite de la privatisation du service public de l’information et de l’orientation du gouvernement actuel. Merci à Politis pour son soutien !

Article en ligne sur le site de Politis

(article paru dans le numéro 1311 du 10 juillet 2014)

Share

Priorité jeunesse : l’Etat lâche le CIDJ ? – Archimag, avril 2013

archimag

Après quarante ans d’existence, le Centre d’information et de documentation jeunesse (CIDJ) va-t-il disparaître ? Frappé par une baisse de subventions et un désengagement de l’Etat, le CIDJ est inquiet pour son avenir. Les collectivités locales ne se prononcent pas sur leur futur rôle à nos côtés dans le cadre de la décentralisation. Nous déplorons, aussi, une absence de stratégie des directions successives du CIDJ, qui pourrait le conduire à une cessation de paiement fin 2013. Un plan social est annoncé : 30 % des salariés pourraient perdre leur emploi dès mai 2013 et c’est la fermeture pure et simple qui est à craindre.
Pourtant, la jeunesse a plus que jamais besoin de nous. Les jeunes sont confrontés à des incertitudes sur leur avenir. Ils connaissent des difficultés pour trouver un emploi, un logement, se soigner… Les dispositifs d’aide et les sources d’information sont nombreux, trop peut-être pour s’y retrouver ? Notre principale publication, Actuel CIDJ, répond à l’ensemble de ces questions et est utilisée par les 1 500 structures du réseau Information Jeunesse et nos 6 000 abonnés partout en France (CIO, Pôle Emploi, Mission locale, établissements scolaires…).
Le CIDJ informe, conseille et accompagne gratuitement tous les jeunes quels que soient leurs besoins : formation, emploi, logement, santé, mobilité… Il fournit l’information fiable et pertinente que les jeunes attendent.

créer un service public de l’orientation

Le 21 février 2013, le gouvernement réaffirmait sa priorité pour la jeunesse. La première des 47 mesures adoptées : créer un service public de l’orientation qui permettra à tous « d’accéder tout au long de sa vie à un service gratuit d’information […] d’accompagnement personnalisé. […] Cet accompagnement doit avoir pour effet de lever les obstacles à l’insertion sociale, qu’il s’agisse d’accès au logement, à la santé, à la mobilité… ». Cet accompagnement, le CIDJ le propose déjà, depuis 1969 ! C’est pour cela qu’il doit poursuivre sa mission, c’est pour cela que l’on doit nous donner les moyens de la mener à bien.

L’article sur le site d’Archimag

Share

CIDJ : « Il existe bien une menace sur les emplois » – AEF 01/03/2013

aef« Il existe bien une menace sur les emplois. C’est de la logique », indique à AEF Patrice Colasse, président du CIDJ, jeudi 28 février 2013. « Si nous n’arrivons pas à boucler notre budget, comment payer les salariés ? Je n’ai pas d’actionnaires vers qui me tourner. Le CIDJ connaît un déficit structurel de l’ordre de 600 000 euros en 2012 et les projections pour 2013 sont à peu près identiques. » Le président du CIDJ ne « peu[t] néanmoins pas préciser le nombre d’emplois qui seront supprimés. Lors d’une réunion le 1er février, le personnel a voté une « motion de défiance à l’égard de la direction générale ». « Ce n’est plus un interlocuteur possible dans le cadre d’un plan de redressement », explique Antoine Cancellieri, administrateur élu du personnel. Un « droit d’alerte » ayant été déclenché, « un cabinet d’experts [Présence CE] va se pencher sur la situation et remettra un rapport au mois de mai, avec des solutions budgétaires ». Le CIDJ est une association qui compte 85 salariés (en ETP).

Share

L’Etat est-il en train de lâcher le CIDJ ? – Article publié sur Paris-Normandie.fr – 20/02/2013

paris-normandieL’Etat est-il en train de lâcher le CIDJ ?
Publié le mercredi 20 février 2013 à 11H48

Les salariés du CIDJ sont inquiets. Ils appellent à un rassemblement ce jeudi 21 février, à 17 heures, au métro Varenne à Paris. La raison ?
 » A l’occasion du Comité interministériel de la jeunesse du 21 février 2013 qui se déroule sous l’autorité du Premier ministre, les salariés du CIDJ alertent sur le devenir de leur structure et du réseau Information Jeunesse. Créé en 1969 par l’Etat, le CIDJ est aujourd’hui en danger », indiquent le porte-parole du CIDJ dans un communiqué.

Les salariés s’interrogent sur le désengagement de l’Etat :
• dérive budgétaire de l’association – Pourquoi l’Etat a laissé faire malgré les alertes depuis 2007 du Comité d’entreprise et du syndicat ?
• baisse des subventions en 2013. Et 2014 ?
• absence de perspectives – Quelle place pour le CIDJ et le réseau IJ dans la politique jeunesse ? – Quelle répartition des compétences jeunesse dans le cadre de l’acte III de la décentralisation ? »

Article publié sur Paris-Normandie.fr – 20/02/2013

Share

Soutenez le Centre d’Information et de Documentation Jeunesse – Liste ADBS-INFO – 18/02/2013

Les salariés du Centre d’information et de documentation jeunesse vous alertent sur la situation du CIDJ.

Créé en 1969, le CIDJ est une association loi 1901 subventionnée en partie par l’Etat et les collectivités locales qui a pour mission d’informer, de conseiller les jeunes sur toutes les questions qui les concernent, en vue de leur insertion sociale et professionnelle : études, formations, emploi, alternance, mobilité européenne et internationale, droit, logement, citoyenneté, culture, loisirs, santé.

Aujourd’hui, le CIDJ se trouve dans une situation très inquiétante. Un plan de redressement voté récemment par le Conseil d’administration et l’annonce d’une future cessation de paiement compromettent l’avenir de ses missions.

30% des effectifs sont menacés de licenciement.

Les salariés et leurs représentants ont mis en place le blog www.cidjendanger.com et une pétition en ligne https://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/cidj-en-danger-soutenez-nous

Soutenez-nous en signant cette pétition et en la faisant circuler.

Les propos tenus sur la liste ne représentent que l’opinion de leurs auteurs et n’engagent pas l’ADBS.

Share

Ressources Solidaires : Editorial de la lettre d’information du 18 février 2013

ressources_solidairesUn appel à soutien à la bagarre que le Centre d’informations pour les jeunes de Paris vient d’entamer pour sauvegarder ses emplois. Sans entrer dans la polémique des raisons justes ou pas, on s’interroge juste sur ce plan social dans un moment où la jeunesse a tant besoin d’accompagnement et de soutien.

Article publié dans la Lettre d’information hebdomadaire de Ressources Solidaires.

Share